Agriculture

  • Surface agricole, exploitations et agriculteurs

La surface agricole utilisée sur les communes est de 15 402 ha, soit 28 % du territoire de l’ensemble des communes de la ZPS. Quatre communes du site (Foncouverte, Fabrezan, Douzens, Arquettes-en-Val) utilisent plus de 50 % de leur territoire à des fins agricoles ; et presque la moitié des communes ont ¼ de leur territoire en agricole. 3 000 ha de parcelles agricoles sont inclus dans le périmètre de la ZPS ; ce qui représente environ 13 % du site.
735 exploitations dont environ 386 exploitations professionnelles, ont été recensées.

Les exploitations entre 5 et 50 ha sont les plus fréquentes (57 %), suivies par les exploitations de moins de 5 ha (40 %). Les exploitations de plus de 100 ha sont rares (3 %).

Le site compte environ 360 agriculteurs, soit 4 % de la population, ce qui fait de cette catégorie socio-professionnelle la moins fréquente du site. Toutefois, dans certaines communes, les agriculteurs représentent une part importante de la population (Clermont-sur-Lauquet, Arquettes-en-Val…).

  • Cultures et élevage

La vigne avec environ 9 239 ha est de loin la culture dominante sur le territoire des communes de la ZPS. Les céréales (391 ha) notamment le blé (317 ha), les prairies de pâturage (1170 ha) et les prairies de fauche (1488 ha) sont également présentes sur le site (Figure 10).
Les vignes se retrouvent sur presque toutes les communes de la ZPS, sauf celles localisées dans la partie sud-ouest de la ZPS, au climat plus atlantique, qui accueillent plutôt des prairies de fauche et de pâturage (Fajac-en-Val, Mas-des-Cours, St-Martin-des-Puits…). Les communes des grandes plaines (Capendu, Talairan, Val de Dagne…) possèdent les quelques parcelles de céréales de la zone.

Un peu moins d’une centaine de structures viticoles (coopérative, SCEA, GAEC, EARL, domaine, château…) ont été recensées sur le territoire des communes du site.

  • Pratiques agricoles

Le vignoble du site se situe sur le territoire de l’A.O.C (équivalent de l’AOP à l’échelle européenne) Corbières et A.O.C. Corbières-Boutenac. Un bon nombre de viticulteurs travaillent en agriculture raisonnée6, voire en agriculture biologique. Pour bénéficier de l’appellation, du label « agriculture raisonnée » ou « agriculture biologique », les viticulteurs et vignerons doivent respecter des cahiers charges bien précis réglementant toutes les étapes de fabrication du vin (ex : réduction des intrants).
Plus d’une dizaine d’exploitations agricoles biologiques ont pu être relevées sur le territoire des communes du site.
Pour l’élevage, les troupeaux de brebis, de chèvres et de vaches sont souvent menés en pâturage extensif.